Accueil / Les rendez-vous mensuels de Thought for Food : TREEFOOD

Les rendez-vous mensuels de Thought for Food : TREEFOOD

Entretien avec le Dr Amadou Malé Kouyaté, coordinateur du projet Treefood, qui vise à contribuer à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la malnutrition en améliorant la gestion durable et l’utilisation des arbres et des arbustes locaux comestibles en Afrique subsaharienne (au Bénin, Burkina Faso, Mali et Niger).

Quels sont les principaux résultats de votre projet ?

  • L’inventaire des savoirs traditionnels a permis de lister les cinq espèces d’arbres et d’arbustes locaux qui sont prioritaires dans la lutte contre la malnutrition dans les quatre pays africains abritant le projet. Deux espèces ont été sélectionnées par pays pour les activités de recherche du projet :
    - Adansonia digitata et Irvingia gabonensis au Bénin
    Poudre d’Adansonia digitata
    Fruits d’Irvingia gabonensis


    - Saba senegalensis et Ziziphus mauritiana au Burkina Faso

    Fruits de Saba senegalensis
    Biscuits de Ziziphus mauritiana


    - Saba senegalensis et Borasus aethiopum au Mali

    Fruits de Saba senegalensis
    Jus de Borassus aethiopum


    - Balanites aegyptiaca et Ziziphus mauritiana au Niger

    Huile de Balanites aegyptiaca
    Biscuits de Ziziphus mauritiana

Ces espèces ont été ciblées en fonction de l’importance socio-économique de leurs fruits et des produits transformés pour les communautés locales et des potentialités de leur valorisation.
Les formes de consommation, les habitudes alimentaires, les stratégies locales de conservation et les contraintes d’utilisations des espèces sélectionnées ont été documentées.

  • Les caractéristiques physico-chimiques de 100 espèces d’arbres et d’arbustes locaux alimentaires et de 31 espèces oléagineuses locales ont été compilées. Les caractéristiques physico-chimiques et nutritionnelles (composition proximale, teneur en minéraux et en vitamines A et C, capacité anti-oxydante et facteurs antinutritionnels) des parties comestibles et des produits dérivés des espèces sélectionnées ont été évaluées. Des formules d’aliments enrichis avec les parties comestibles des espèces sélectionnées, pour les personnes vulnérables (enfants, femmes enceintes), ont été proposées.
  • La chaîne de valeur des parties comestibles des espèces sélectionnées par pays a été caractérisée et cartographiée. Les indicateurs de rentabilité ont montré que la collecte de ces espèces est une activité rentable dans les quatre pays africains. Le nombre d’unités de transformation de ces espèces dans les différentes zones d’étude varie de 4 au Niger à 19 au Bénin en passant par 6 au Burkina Faso et 15 au Mali.
  • Les résultats sur l’état des peuplements de ces espèces ont montré des différences significatives pour les paramètres structuraux entre les populations des différentes zones climatiques. Ces espèces sélectionnées présentent un potentiel de régénération élevé : Irvingia gabonensis au Bénin, Balanites aegyptiaca et Ziziphus mauritiana au Niger, Z. mauritiana au Burkina Faso, Saba senegalensis au Burkina Faso et au Mali. La totalité de ces espèces se reproduit bien par graine. A l’exception de Borassus aethiopum, toutes les espèces sélectionnées se prêtent bien au greffage et au marcottage aérien, un gage pour la conservation durable des ressources génétiques. Nos travaux permettent de conseiller l’utilisation des graines dépulpées de Saba senegalensis avant le semis (77 % de germination). Les équations allométriques établies permettent de prédire avec succès le potentiel de production fruitière de Ziziphus mauritiana sur la base des paramètres dendrométriques des pieds : ln(Y)=-4,05+0,87ln(DxH²) et ln(Y)= -2,62+0,48ln(D²xDmh) respectivement pour la zone sahélienne et la zone soudano-sahélienne au Burkina Faso (Y=production fruitière, D= diamètre à 1,3àm du sol, H= hauteur du pied et Dmh=diamètre moyen du houppier).
  • Au moins une plateforme d’innovation a été créée par pays africain. Les résultats ont été valorisés à travers des fiches techniques, des vidéos, des mémoires, des thèses de doctorat, des cours dispensés dans les structures d’enseignement et le site web www.arbrefruitiers.blogspot.com


En quoi votre projet (et/ou votre approche) est-il innovant ?

Le projet tire son essence de la prise en compte des espèces forestières du terroir, voire climaciques dans la lutte contre la malnutrition. Il se justifie par le fait que ces espèces sont les seules plantes renfermant à la fois des minéraux, des vitamines et des oligo-éléments nécessaires pour le maintien de la santé et la croissance des populations humaines. De plus, le projet a adopté l’approche holistique et participative d’une part, et d’autre part la pluridisciplinarité et la diversité d’institutions eu égard à la complexité de la problématique.

Interview d’une femme dans un marché de produits forestiers non ligneux

Coordinateur

Amadou Malé Kouyaté
Dr Amadou Malé Kouyaté, directeur de recherche, spécialiste en aménagement forestier directeur du Centre de Recherche Agronomique de Sotuba, Institut d’économie rurale, Bamako, Mali